Déontologie

Malheureusement pour le patient, l’Ostéopathie a été rejetée, dès ces débuts, par le monde médical.

Malheureusement, les autorités françaises ont très mal pris en charge le problème de reconnaissance de l’Ostéopathie, dès son arrivée en Europe.

Malheureusement, les autorités françaises, n’exercent pas leur devoir d’autorité, dans la reconnaissance, les autorisations de pratiquer la profession, ni dans la pratique de notre médecine.

Ceci n’a pas empêché, l’essor de l’Ostéopathie… certainement quand même, par quelques bienfaits et bénéfices sur la santé publique.

Il faut voir l’Ostéopathie, comme un outil thérapeutique, complémentaire du reste du système de santé.

Le fait que, Médecin, Kiné, Infirmier, Ostéopathes exclusifs, aient le droit d’exercer au même titre, crée un problème d’amalgame. Alors que certains exercent bien différemment, et pas forcément dans les règles de « l’Art Ostéopathique ».

Le patient, se doit d’être des plus exigeants, quant à la formation de l’Ostéopathe qu’il va consulter.

Celle-ci devant faire le lien entre, le savoir nécessaire à des diagnostics d’exclusions à diriger vers la médecine traditionnelle, le raisonnement et le savoir-faire de la médecine ostéopathique.

La formation que j’ai reçu, au sein de l’Ecole Suisse d’Ostéopathie ( Lausanne ), est des plus rigoureuses quant à l’enseignement, le concept, ainsi que la sécurité du patient.
Ma formation s’est composée:

  • de 5 années à cette école, dispensant un premier diplôme d’Ostéopathe ( qui a suffi pour obtenir l’autorisation de pratique en France par la DRASS )
  • puis de 3 années d’assistanat en cabinet, complétées par des formations post-graduées, dispensant un deuxième diplôme, appelé CDS ( Conférence Suisse de Directrices et Directeurs Suisse de la Santé ).

La Suisse, ayant pris les choses en mains rapidement afin de réglementer la profession, et commencer sur de bonnes bases.

C’est par la rigueur de ma formation et la notoriété des professeurs que j’ai eu, que je m’efforcerai de lui trouver une continuité dans ma pratique, de même pour trouver mes collaborateurs ou collaboratrices au sein de mon cabinet.